Des activités périscolaires de qualité inégale

Des activités périscolaires après la classe sont organisées pour 77% des répondant.es. Elles sont payantes dans 37,76% des cas. Le taux de fréquentation est très variable mais 64,18% des enseignant.es indiquent une fréquentation de plus de 50 %. L’encadrement est assuré principalement par des animateurs, des ATSEM et des intervenants associatifs extérieurs. Le jugement sur la qualité de l’organisation recueille autant d’avis positifs que négatifs.

La qualité des activités périscolaires influe sur la volonté de changement d’organisation scolaire : l’existence d’activités (84% de volonté de changement si elles sont présentes contre 89% si elles sont absentes) ; le lieu de ces activités (87% de volonté de changement si elles se déroulent dans les classes contre 80% si elles se déroulent ailleurs) et surtout la façon dont les enseignants perçoivent son organisation (93% de volonté de changement si elles sont perçues comme mal organisées contre 73% dans le cas contraire).

Alors que le temps de la pause méridienne est de plus de 1h45 pour plus de 77% des écoles, 68% de celles-ci n’ont pas d’activités périscolaires organisées. Dans ces conditions, le retour en classe en début d’après-midi est source de tensions, d’énervements et de fatigue chez les élèves. Cela influe négativement sur la mobilisation des élèves pour les apprentissages scolaires et sur le climat de classe

Les enseignant.es soulignent à la fois le manque de moyens, le manque de formation des animateurs, la problématique d’utilisation des locaux et les inégalités de traitement selon les communes.



Ce que vous en dites

« Il faut mettre un terme aux disparités d'organisation du périscolaire selon les moyens des communes, en instaurant une organisation nationale du temps scolaire »

« Il faut que l'état organise les activités pour qu'il y en ait partout et tout le temps ! Je souhaiterais également que ce soit harmonisé à toutes les écoles primaires de France.. »

« La fatigue et l'attention sont allongées, pour les élèves il n'y a pas de différenciation entre temps scolaire et temps périscolaire »

« Les enfants restent beaucoup plus en collectivité et sont sur-stimulés »

« TAP qui - créent de la confusion scolaire/périscolaire- dénaturent complètement l'esprit de la réforme en créant du temps de classe supplémentaire, puisque les activités se confondent avec le temps scolaire tant par leurs contenus, par leur forme et les lieux (très souvent les classes) dans lesquels elles se déroulent.- créent de la fatigue chez les élèves »

SNUipp-FSU - 128 Bd Blanqui 75013 Paris - 01 40 79 50 00 | Mentions Légales